Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC

On a clothesline

Dans la rue on ne verra bientôt plus que des artistes et on aura toutes les peines du monde à y découvrir un homme.Arthur Cravan

Mina Loy, Christ on a clothesline

Mina Loy, Christ on a clothesline

Chevalier d’industrie, marin sur le Pacifique, muletier, cueilleur d’oranges en Californie, neveu d’Oscar Wilde, bûcheron dans les forêts géantes, petit-fils du chancelier de la reine, chauffeur d’automobile à Berlin, cambrioleur, poète et boxeur, Arthur Cravan n’a pas épuisé tous les possibles de ses métamorphoses.

(suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française, VARIA

Poster un commentaire

En quête de miracle

post

Marina Abramovic, 1974

En 1974, dans une galerie de Naples, une jeune femme d’origine yougoslave décrète qu’elle se tiendra, six heures durant, à la disposition du public, acceptant passivement tout ce qu’on jugera bon de lui faire subir. Pour encourager la participation des visiteurs, elle dispose sur une table différents objets parmi lesquels des chaînes, des fouets, une ceinture en cuir, des lames de rasoir, une fleur, des plumes, une lotion pour le corps.Pendant les premières heures, les visiteurs se contentent de tourner autour de l’artiste, effleurant, ou tâtant, délicatement certaines parties de son corps. Cependant, la nature des interventions évolue et, aux environs de la quatrième heure, tous les vêtements de l’artiste ont été lacérés, et elle est, elle-même, l’objet d’actes de plus en plus violents. Un petit homme âgé tire le visage de l’artiste à lui et l’embrasse longuement sur la bouche. Le corps nu est étreint, pincé, fouetté. Quelqu’un entreprend même de pratiquer des incisions à l’aide des lames de rasoir et de sucer le sang des blessures. Aux environs de la cinquième heure, le public réalisant que l’artiste, décidément, n’offrira aucune résistance, quoi que l’on entreprenne sur son corps, il devient clair que la jeune femme, désormais, a toutes les chances d’être agressée plus violemment encore et violée avant la fin de l’action. La situation semble même prendre un tour si incontrôlable qu’un groupe de protecteurs se forme peu à peu. Quand, aux environs de la sixième heure, un individu particulièrement diabolique place un revolver chargé dans la main de l’artiste, dispose le doigt de celle-ci autour de la détente et tente de pointer le canon vers sa tempe, les protecteurs s’interposent pour écarter définitivement tout danger.

(suite…)

Classé dans: 8.20 Littérature américaine, VARIA

Poster un commentaire

Les poings sur les i

Matière grise, Frontispice

Paul Valet, in : Matière grise, Paris, GLM, 1953

 

« On me demande mon état-civil : or, je n’ai aucune confiance en lui. Est-il vrai ? Est-il faux ? Je n’en sais rien.

(suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française, VARIA

Poster un commentaire

Images de Valparaiso

1

Sergio Larrain, Valparaiso

Si peu à peu le port de Valparaiso a pu perdre de sa superbe suite au percement du canal de Panama, la ville a eu, auparavant, assez de siècles bien à elle pour garder une patine certaine. Une patine faite du soulagement des équipages d’avoir dépassé le terrible Cap Horn, d’une incessante ville-monde goûtant aux marchandises du monde entier et d’écrivains. (suite…)

Classé dans: 4.89 Littérature chilienne, VARIA

Poster un commentaire

Surface clairière profonde

Annabelle AmorosAnnabelle Amoros,Ban de la roche, 2012

 

L’équipe de la bibliothèque est en train de constituer un fonds qui mettra en dialogue la photographie à la littérature. Cette collection sera mise à la disposition du public dès l’automne 2015, inaugurant ainsi une partie du quatrième étage. Parmi les acquisitions, des livres rares, modernes ou encore originaux. Originale l’est cette collection invisible pull éditée par l’Asphodèle /espace pour l’art à Arles qui a pour leitmotiv de faire rencontrer un auteur et un artiste. Parmi ceux-ci, ce petit livre Surface clairière profonde avec une rencontre de la photographe Annabelle Amoros et l’écrivain Jean-Christophe Bailly. (suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française, VARIA

Poster un commentaire

Un cinéma en vers libre

H.D.H.D.

 

« Qu’aimeriez-vous le plus faire, connaître, être au cas où vous ne seriez pas satisfait ? »

 

En ce moment même, je suis impliquée dans le cinéma. Nous avons presque terminé un court drame à tendance lyrique de quatre bobines, réalisé dans ce village-ci et dans les environs avec quelques personnes du cru et des amis anglais. Le travail m’a enchantée, je ne me suis jamais tant amusée et j’ai appris moi-même à utiliser le petit projecteur ; j’ai ainsi passé littéralement des heures seules dans mon appartement à faire défiler des montagnes, les rues du village et mes propres connaissances à travers la lumière, la lumière et la lumière. (suite…)

Classé dans: 8.20 Littérature américaine, VARIA

Poster un commentaire

Entretien avec Jean-Luc Bertini

BEJ0513302.jpg@ Jean-Luc Bertini, Solovki

 

Jean-Luc Bertini est né en 1969 en région parisienne. Après un parcours scolaire accidenté et original, il s’est lancé dans la photographie professionnelle voici une quinzaine d’années. Collaborant avec les principaux titres de la presse nationale française et pour diverses revues littéraires, il travaille aussi en parallèle sur plusieurs projets de longue haleine. Nous pourrions citer ses portraits d’écrivains américains ou encore cette très belle virée photographique placée sous le signe de Nicolas Bouvier dans l’Est de l’Europe avec Kilomètres Est. Des projets que les lecteurs peuvent retrouver plus en détail sur son site personnel. (suite…)

Classé dans: 1.10 Littérature russe, VARIA

Poster un commentaire

L’esprit à sec et la tête ivre

 

Album Louis NoirTristan Corbière, Album Louis Noir, feuillet 15 (détail)

 

                                                     À mon cotre LE NÉGRIER
                                     vendu sur l’air de « Adieu, mon beau navire ! »

                                                 Allons file, mon cotre !                                                 Adieu mon Négrier.                                                 Va file aux mains d’un autre                                                 Qui pourra te noyer… (suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française, VARIA

Poster un commentaire

D’un hiver l’autre

Du 21 avril au 28 juin 2015, notre bibliothèque accueillera les photographies de Jean-Luc Bertini sur une Bibliothèque perdue des îles Solovki. Nous aurons l’occasion de revenir sur cet évènement ces prochaines semaines.

Lors d’une visite, Jean-Luc Bertini a pris quelques clichés du village de Montricher aux premières heures du jour.

 

Montricher©‎ Jean-Luc Bertini, Montricher, décembre 2014

 

Montricher©‎ Jean-Luc Bertini, Montricher, décembre 2014

Classé dans: VARIA

Poster un commentaire

Homo Faber (Trois femmes)

Homo FaberDaphné Baiwir dans Homo faber (trois femmes) de Richard Dindo (2014)

Après avoir mis en image les deux journaux et le récit Montauk de Max Frisch d’une façon magistrale en 1980 dans Journal I-III, le cinéaste zurichois Richard Dindo revient aujourd’hui avec une adaptation à la fois très libre visuellement mais aussi très fidèle dans sa narration d’un autre roman fameux de l’écrivain zurichois, Homo Faber. (suite…)

Classé dans: 7.30 Littérature suisse de langue allemande, VARIA

Poster un commentaire

« Page précédente Page suivante »

Suivez notre Blog par email




Derniers articles


Archives


Catégories