Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC

Monarques

Actuellement en résidence et pleine rédaction de son Pardon pour l’Amérique, immense projet autour des prisonniers condamnés à tort dans les prisons du Sud des Etats-Unis, Philippe Rahmy s’offre néanmoins un interstice avec la sortie aujourd’hui de Monarques aux éditions de la Table Ronde. Un récit autobiographique revenant sur ses racines familiales, ses études et petits boulots à Paris, en y entrecroisant le destin d’une figure du passé, un jeune adolescent juif ayant fui l’Allemagne nazie en 1936, Herschel Grynszpan.
Voici quelques jours, Philippe Rahmy a enregistré un entretien animé par David Collin pour l’émission Versus.

A noter que Philippe Rahmy va publier un long et poignant article reprenant les thématiques de Pardon pour l’Amérique dans le prochain numéro de La Couleur des jours.

Classé dans: 2.30 Littérature suisse de langue française

Poster un commentaire

Le Plancher

Plancher PLQ

Photo : Perrine Le Querrec, plq + le plancher, décembre 2016 

 
En 2005, la poétesse Perrine Le Querrec rencontre Jeannot l’Écrivain qui «perce les verrous de l’écriture à venir». Elle raconte quelque part :

Ma première rencontre avec le plancher de Jeannot date de 2005, à la bibliothèque François Mitterrand. Hall Est, ce n’est pas le silence qui m’accueille, mais une clameur, un hurlement. Le plancher se dresse dans la lumière, trois surfaces creusées, martelées, saignées à blanc. Je m’approche, aucune paroi ne me sépare de lui, inutile de lever la tête, il est là, devant moi, attaque ma rétine, mon système nerveux, je lis, ne comprends pas, me perds, j’entends les coups, je vois Jeannot sans même encore connaître son histoire, je vois Artaud crever la page d’écriture de son marteau. Je rencontre Jeannot l’Écrivain. Plus tard, le plancher est démonté, exposé dans plusieurs lieux d’art brut, c’est Jeannot l’Artiste. Encore plus tard, le laboratoire pharmaceutique qui l’a acquis le dévoile aux représentants comme avertissement si l’on ne consomme pas ses médicaments, c’est Jeannot le Schizophrène. Depuis plusieurs années le plancher est visible rue Cabanis, contre un mur de l’hôpital Sainte-Anne. Mal exposé, mal conservé, il attend depuis 3 ans une salle qui doit lui être consacrée. C’est Jeannot le Coupable, celui qui encombre, la société, les mémoires, ce sont ceux dont on se détourne, ce sont les lits supprimés des hôpitaux psychiatriques, ce sont les SDF abandonnés, les malades abusivement enfermés en prison, tous les fragiles, les différents, les marginaux, les furieux.

(suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française

Poster un commentaire

Les machines célibataires

grand verreModell vor dem Großen Glas von Marcel Duchamp, Philadelphia Museum of Art, 1954 ©Munchner Stadtmuseum/Sammlung Fotografie, Archiv Hermann Landshoff / courtesy Schirmer/Mosel

Après la traduction en allemand d’auteurs français du XXème siècle comme Gaston de Pawlowski, Jean-Pierre Brisset, Raymond Roussel ou encore dernièrement René Daumal, Maximilian Gillessen poursuit son travail de traduction et d’édition avec Les machines célibataires de Michel Carrouges. En marge du surréalisme, ce livre singulier puise son inspiration du chef d’œuvre de Marcel Duchamp Le grand verre, autrement nommée La mariée mise à nu par ses célibataires, même.

(suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française, VARIA

Poster un commentaire

Minuit en mon silence

Cendors© Mathieu Zazzo

A l’occasion de la sortie de son nouveau livre Minuit en mon silence aux éditions Le Tripode, l’écrivain Pierre Cendors, actuellement en résidence à la Fondation, nous a fait le plaisir cet après-midi de lire un extrait de son texte. La lecture est précédée d’une brève introduction.

(suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française

Poster un commentaire

Au nord du futur

el manon

© Ma. del Rayo Reyes Osorio

Parmi les premiers écrivains accueillis en résidence à la Fondation Jan Michalski, le poète français Christophe Manon nous a fait l’amitié de lire un extrait de son recueil Au nord du futur, paru l’année dernière aux éditions Nous. Cette lecture effectuée dans le foyer de la Fondation, servait d’ouverture à l’entretien qu’Yves Di Manno et Eric Giraud ont eu le soir du 20 avril sur la poésie américaine.

 

Classé dans: 2.10 Littérature française

Poster un commentaire

Nevermore

Manet

Edouard Manet, illustration pour Le Corbeau d’Egar Allan Poe, Paris, Richard Lesclide, 1875

Dans les années 1840, Edgar Allan Poe publie l’un de ses plus célèbres poèmes intitulé The Raven, ballade romantique de dix-huit strophes méthodiquement construite de manière à insuffler, par le jeu des rimes intérieures et des allitérations, une extrême musicalité au poème que traverse le cri obsédant, contagieux du corbeau : Nevermore !

(suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française, 8.20 Littérature américaine

Poster un commentaire

En attendant Robot

Chauvet

Grotte Chauvet, Panneau des Lions

Depuis que la grotte dite de Chauvet a été découverte en 1994 par trois spéléologues, son art pariétal datée de 31 000 années – ce qui en fait la plus ancienne cave décorée de l’humanité – n’est visible chaque année que par un nombre restreint de personnes. Nous nous souvenons de l’excellent documentaire du cinéaste allemand Werner Herzog, La grotte des rêves perdus sorti sur les écrans en 2010, qui avait pu se rendre brièvement sur les lieux accompagné d’une équipe de tournage réduite.

(suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française, 8.20 Littérature américaine

Poster un commentaire

Sous les espèces du silence

Man RayMan Ray, Portrait de Benjamin Fondane

Charlie Chaplin a désormais son musée en Suisse. On sait par tous les écrits de l’époque (ceux de Desnos, d’Aragon, Cendrars, Fernand Léger, etc.) comment, dans les années vingt, les films du petit vagabond soulevèrent l’enthousiasme de tous les milieux d’avant-garde. Surtout connu comme poète et philosophe, Benjamin Fondane fut également un excellent critique et théoricien du cinéma. Lorsqu’au milieu des années vingt il quitte la Roumanie pour Paris, où il marche sur le fil de toutes les avant-gardes, lui aussi partage l’enthousiasme général pour le film muet.

(suite…)

Classé dans: 2.30 Littérature suisse de langue française, 6.90 littérature roumaine, VARIA

Poster un commentaire

On a clothesline

Dans la rue on ne verra bientôt plus que des artistes et on aura toutes les peines du monde à y découvrir un homme.Arthur Cravan

Mina Loy, Christ on a clothesline

Mina Loy, Christ on a clothesline

Chevalier d’industrie, marin sur le Pacifique, muletier, cueilleur d’oranges en Californie, neveu d’Oscar Wilde, bûcheron dans les forêts géantes, petit-fils du chancelier de la reine, chauffeur d’automobile à Berlin, cambrioleur, poète et boxeur, Arthur Cravan n’a pas épuisé tous les possibles de ses métamorphoses.

(suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française, VARIA

Poster un commentaire

Les murs noircissent

Volodine

© Corentin Parent, inspiré de l’œuvre poétique Slogans !

Etrange rencontre à Macau dans les années quatre-vingt dix entre l’écrivain français Antoine Volodine et une poétesse russe anarchiste. Rencontre qui plus tard constituera la trame cachée du roman Le port intérieur d’Antoine Volodine et sauvera de l’oubli Slogans, l’œuvre poétique de Maria Soudaïeva…

(suite…)

Classé dans: 1.10 Littérature russe, 2.10 Littérature française

Poster un commentaire

Page suivante »

Suivez notre Blog par email




Derniers articles


Archives


Catégories