Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
Journal du journal de La Construction
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC
En résidence
Journal du journal de La Construction, par PERRINE LE QUERREC

Nevermore

Manet

Edouard Manet, illustration pour Le Corbeau d’Egar Allan Poe, Paris, Richard Lesclide, 1875

Dans les années 1840, Edgar Allan Poe publie l’un de ses plus célèbres poèmes intitulé The Raven, ballade romantique de dix-huit strophes méthodiquement construite de manière à insuffler, par le jeu des rimes intérieures et des allitérations, une extrême musicalité au poème que traverse le cri obsédant, contagieux du corbeau : Nevermore !

(suite…)

Classé dans: 2.10 Littérature française, 8.20 Littérature américaine

Poster un commentaire

Fernando Pessoa : le voyage immobile

Par Patrick Quillier

Où il est question, à partir notamment de sa formule « Je n’évolue pas, je voyage », de tout le dispositif de l’hétéronymie, ce pas de côté cher à Pessoa qu’il effectue pour se voir et sentir autrement en « s’autrifiant ».

Classé dans: 5.10 Littérature portugaise

Poster un commentaire

Programme Automne 2016

 

planche-def-2

 

Classé dans: 5. LITTERATURE DE LANGUE PORTUGAISE

Poster un commentaire

Macao, monde flottant

Alex Majoli© Alex Majoli, Macau

 

Partons vers l’Orient – « par delà l’aurore et le Gange » – avec Kenneth White, Miguel Torga et Antonio Tabucchi ; trois façons de se désorienter dans l’ancienne cité lusitanienne, Macao.   (suite…)

Classé dans: 5.10 Littérature portugaise, 6.10 Littérature italienne, 8.10 Littérature anglaise

Poster un commentaire

Paradise lost

Bernardo Soares – «Que je redevienne enfant et le reste à jamais»[1]

Alberto Caeiro – «Cela exige une étude approfondie,
Un apprentissage du désapprendre»[2]

Paradise lost3

Il est bon de relire Le livre de l’intranquillité en rentrant de voyage (le lire avant risquerait de nous empêcher de partir). Cela nous rappelle ce que nous devions oublier pour partir :

« Si j’imagine, je vois. Que fais-je de plus en voyageant ? Seule mon extrême faiblesse de l’imagination peut justifier que l’on ait à se déplacer pour sentir.» (451) (suite…)

Classé dans: 5.10 Littérature portugaise

Poster un commentaire


Suivez notre Blog par email




Derniers articles


Archives


Catégories